• Il fallait que ça sorte...

    Je sens les battements de mon cœur

    Qui s’accélèrent, je suis bien vivante

    Je me sens happée par la douleur

    Où s'est perdue ma rage criante ?

    Mon âme erre dans mon chaos intérieur

    Je me sens telle une erreur ambulante

    Qui égare chaque instant l'espoir

    Qui autrefois faisait de moi une battante

    Mais qui pourrait encore le croire ?

    Que j'ai trimé pour m'en sortir

    Que je ne voulais pas mourir

    Que je priais pour mon avenir

    Animée par ma rage de vivre

    Voulant transmettre ma rage d'agir

     

    Il n'y plus rien, je ne suis plus rien

    Rien ! Rien ! Rien ! Rien !

    Je suis vide, essoufflée, à quand la fin?

    Quand-est-ce qu'on me renverse ?

    Le sumum du desespoir je l'ai atteind

    Je me hais, me maudit au plus haut point

    De moi, il n y a plus rien à faire

    Autant maintenant que l'on m'enterre

    Que je parvienne à trouver la paix ailleurs

    Je ne veux plus être soumise à autant d'ardeurs

    Mes cris sont mort étouffés sous la lourdeur

    De mon existence. C'est pour ça que j'écris...

    Pourquoi j' y suis attachée à c'te putain de vie ?

    Je me sens condamnée à rester ici

     

    De moi même, je me suis détachée

    Mais existe ai-je seulement encore ?

    Besoin de me blesser pour le vérifier

    Me réveiller admirant ses traces sur mon corps

    Puisque rien ne parvient à être exprimé

    Jusqu'à aujourd'hui.... je suis en colère

    Je veux mettre ce putain de mal-être derrière

    Il n'a rien a foutre là, j'en ai assez

    Assez de ne plus me reconnaître

    Assez d'être retardée dans mes élans

    Je préférais aller de l'avant

    C'est à moi de me le permettre

    Je veux sortir du néant

    Et vivre, comme je l'entend

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:25

    Tu penses que tout est perdu, mais si on ne vient pas te prendre, c'est que tu as encore du chemin à faire ici.. C'est dur d'être vide, d'être une vieille chaussette, toute molle, qui se traîne péniblement dans la vie, usée et lourde, ça fait tellement mal d'être en vie que l'on prie pour pouvoir partir.. 

    Accroche-toi à tout, si tu es là, si ton coeur bat encore, c'est pour une raison : il doit le faire ; tu es mise à l'épreuve mais quand tu te relèveras tu auras les yeux sans cesse tournés vers les étoiles, tu verras que tu n'as plus rien derrière toi, et non pas devant ! Tu vas te gonfler comme un magnifique drapeau et tu vas clamer qui tu es en dansant dans le vent de la vie. 

    Tu m'as appris à avoir envie de VIVRE, dis moi, je peux te rendre ça ? 

     

    Très beau texte, malgré la souffrance poignante qui s'en dégage...

    Bises :) 

      • Vendredi 20 Novembre 2015 à 15:59

        Merci pour ton commentaire, il m'a fait chaud au coeur ;)

        Hmm... Tu n'as rien à me rendre, mais ça m'a déjà foutu une claque de lire ça, je me suis sentie con. Mais c'est positif car ça me fait réagir. En tout cas garde cette envie de vivre au quotidien !! :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :