• Éclats du passé

    Qu'allez vous trouver ici ? ...

    Comme il m'arrive parfois, je relis des anciens écrits, du moins les morceaux qui me reste. Et je me suis dit que ce serait bête qu'ils restent totalement dans l'oubli. Ils me montrent que j'ai grandis, d'où je viens, où je voulais aller, vers où me diriger.

    Certains seront remaniés pour faciliter la compréhension hors contexte, d'autres avec quelques années de plus ont pu trouver un éclairage, une cohérence entre des idées qui se sont entrechoqués, sans trouver de lien évident.

    Ces pensées peuvent avoir d'1 an et demi à 4 ans.

  • Cette rage, comme une voix au plus profond de mon cœur qui existe depuis toujours. Cette rage, cette envie d'agir. Cette envie de ne pas rester là à contempler la vie... Je veux vivre. Et pour cela amener ma pierre à l'édifice. Je veux aider les autres. Je ne suis ni révolutionnaire ni complètement inconsciente. J'ai conscience de nombreuses choses de la vie. De ses difficultés, de ses horreurs. J'ai beau n'avoir à peine 16 ans, n'avoir pour certains rien vécu...Et pourtant j'ai ça dans moi depuis toujours, à chaque instant c'est plus fort en moi. Maintenant je sais ce qui me plaît ce que je veux faire : psychologue, mais pas rester sagement assise dans un fauteuil,  dans l'idéal j'aimerais aller à la rencontre des gens de tout horizon et faire de l'humanitaire. [Depuis j'ai changé de plan, je souhaite être assistante sociale] J'ai toujours eu des révoltes mais petit à petit celles ci se sont orienté vers des domaines bien précis... Et je suis passionnée, je m’intéresse à tout ce qui se passe dans le monde... Ce qui me touche actuellement le plus sont comprendre les traumatismes ! (dû aux violences sexuelles, aux guerres), la vie dans les états où la démocratie est loin de régner, la maltraitance des enfants, la pauvreté, la place des femmes dans le monde... Je suis révoltée par toutes les formes d'intolérance et de rejet. [Actuellement je fui plutôt tout ce qui touche aux traumas, et je suis en premier lieu sensible au racisme sous toutes ses formes, en particulier les LGBT*phobies et je m’intéresse au féminisme] Révoltée par la bêtise des gens, leur méchanceté, leur ignorance que beaucoup ne semble pas souhaiter dépasser.  Parfois je n'ai plus foi en cette nature humaine... Et pourtant  je dois l'avoir au moins un minimum puisque je veux les aider... Et même les pires ordures ont à être aider... Je ne reculerais devant rien !  Parce que c'est là que ma vie prend un sens, j'ai un but, cette envie de résister me fait exister. J'ai aussi tant de choses à dire, tant de chose à écrire, tant de chose à  crier, oui je veux que l'on m'entende. Parce qu'on devrait tous pouvoir être entendu. Il faut lever les tabous... Le silence tue. Oui il tue, et si il ne tue pas il  gâche des vies. Et des vies gachés par des personnes, par l'ignorance, le silence, la connerie humaine, et l'impuissance dans laquelle on s'enferme... j'en connais. Je m'appelle "Amy", j'ai deux parents qui souffrent. Un entourage. Chacun à ses merdes, son bagages, son enfer. Et moi je suis au milieu de tout ça. Et j'ai vu, j'ai entendu la souffrance... et j'ai souffert. Si il y a une chose que je sais, c'est que je me battrai, je refuse que la vie se résume à la souffrance. 

    Vision d'aujourd'hui : C'est tout moi mais... Je me suis calmée haha ! J'ai touché mes limites. J'ai souffert de m'être trop investie dans une relation d'aide. J'ai réalisé qu'il fallait d'abord que je m'aide moi même! Et ce combat me prend le plus de temps. Par ailleurs, je ne sais pas si ça apparaît mais je cherchais à réparer le passé d'une certaine manière, ce n'est plus mon moteur. On ne réparera jamais rien, ce qui est fait est fait mais on peut prévenir les difficultés, réinventer nos vies et tellement d'autres choses... pour aller de l'avant ! :)


    votre commentaire
  • Quelques réflexions où j'ai l’impression que finalement je savais que je pouvais tomber plus bas... Moi qui pensais n'avoir rien vu arriver... en me relisant, j'y vois des mises en garde !

    ***

    Je n'ai pas l’impression d'aller mal. Pourtant je me conduis comme une fille qui va mal sans pouvoir faire autrement. Ça mérite de se poser des questions.

    J'arrive toujours à cette conclusion : On ne vit pas pour être passif et malheureux. Si tu en arrives là un jour, promets moi, à moi même de te secouer, car tu ne vis plus.

    Concernant l'automutilation :  Si ce soir j'ai brisé mon instrument coupant et jeté dans la forêt... peut-être vous ne comprendrez jamais, mais il m'a fallu du courage... si je l'ai fait c'est pour que vous ne soyez pas triste. Et parce que je ne veux pas renvoyer cette image de merde de moi. Car dans ces moment là, je peux vous assurer, ce n'est pas moi.  Je sais que je ne suis pas réduite aux conneries que je fait. Mais quand je les répare, je ne le fais pas pour moi. En voilà une autre connerie. - Octobre 2013.                                             En écrivant ces quelques lignes je savais, que ce ne serait pas la dernière fois. Et que la machine était lancé... et je connaissais déjà la condition pour arrêter : le faire réellement pour moi.


    votre commentaire
  • Plus j'avance plus la vie perd son sens à mes yeux... Y a des gens qui se suicident pour de mauvaises raisons. Dans la mesure où on ne devrait pas en arriver là. Et puis il y en a d'autres comme moi, qui vivent pour de mauvaises raisons, on ne devrait pas en arriver là non plus. Peut-être que la différence, c'est qu'au fond j'ai l'intime conviction que le futur peut être meilleur. C'est pour ça que je suis là. 

     


    2 commentaires
  • Je suis hyper exigeante envers moi même... je m'autocensure au quotidien. Je m'empêche d'être moi. À cause de moi je ne sais pas qui je suis. Je me suis rangée au fond d'un placard, toujours plus au fond pour faire de la place aux autres, alors que c'est la place que les autres utilisent à eux seuls pour s'épanouir. Cette place là, ne m’intéresse pas. Personne ne me comprend. Mais je vois vos regards, je parais décalé. Je suis juste super joyeuse virant sur le mode "fofolle" parce que j'ai besoin d’extérioriser. Sachez que j'aimerais, qu'on arrête de me juger, de me vanner même pour rire. Je ne suis pas susceptible. Seulement humaine. Une fille qui souffre et qui ne peux plus rien encaisser. Je ne sais plus quoi faire de moi. Je suis désolée si j'ai l'air d'aller bien. Si je vous trompe à mon sujet, mais vous savez je me trompe moi même.


    votre commentaire
  • Je ne suis pas normale ? Ouais en effet. Ça vous dérange ?
    Sachez que vous me faite de la peine. N'est-ce pas triste d'essayer d'être soit disant normal quand on a l'opportunité d'être unique en étant simplement soi ?
    On ne modèle personne selon nos exigences. Utilisez votre liberté au lieu de freiner celle des autres. On a la liberté de se modeler soi même, comme il nous plaît, d'atteindre une image en accord avec nos valeurs, nos idéaux, tout ce qu'on trouve beau... J'aimerais avant tout mener ce combat intérieur.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique