• Bonne décision

    Souvenirs...parce que j'en ai envie... je me contenterais juste d'y replonger en pensée...

    Je ferme les yeux. J'ai décidé d'arrêter de lutter. Je respire. Bientôt je vais abréger mes douleurs. Oublier ma souffrance. Ne plus être en pleine possession de ma conscience. Des tensions continuent à monter dans mon corps. Je m’assoit dans le creux de mon lit. Je mets mon casque sur mes oreilles, prête à m'évader...ou pas. Dans le fond rien n'est encore joué. Il est encore temps de faire machine arrière. Mais j'aime cruellement jouer. Me tester...je prends le risque ou pas? Je n'ai qu'à jouer avec le feu, on verra bien après. Alors je reprend un rasoir. Depuis le temps je sais comment extraire les lames plutôt facilement mais pas franchement délicatement... quelques bouts de plastique et les lames m'éclatent dans les doigts. Je saigne. Autant continuer. La vue du sang m'appelle. Les tensions que je ressens sont plus fortes que jamais. Ma respiration s'accélère. Mes pensées s’entremêlent. J'ai peur. J'ai mal. Je tremble de l'intérieur autant calmer mes ardeurs. Et puis de toute façon je ne suis qu'une merde dans un sale état, incapable d'arrêter de souffrir toujours et encore. Putain je me hais. Culpabilité. Mais merde qu'est-ce que tu attends ? Coupe toi. Maintenant. Je caresse mon avant bras de ma lame. Je me lance. D'abord doucement puis d'un trait. Je ne pense plus qu'à ça. Je sens ma peau qui cède, moment électrisant. C'est la douleur...ou pas. C'est le sang qui se libère. Je recommence. Je prend plaisir à contrôler mes mouvements. J'arrête un instant le récit que je suis en train d'écrire. Qu'est-ce que j'écris!? Je ne contrôlais absolument rien.

    Satisfaite dès que j'entend le bruit de la lame qui me coupe. C'est pas la lame qui te coupait c'est toi!! Je laisse des temps d'arrêts. T'en avais de moins en moins... Je suis un certains rythme. Mes tensions qui me prenaient toute entière disparaissent au fil des coupures. Je me coupe pour tout ce qui me hante. Mais merde ce n'est pas ma faute ! Bon maintenant STOP, change de registre. Non ne tombe pas dans le piège de la culpabilité parce que tu t'en veux de ce que tu viens d'écrire. T'en as envie ok. Mais tu ne le feras pas. C'est l'essentiel. Crois moi. Euh je me dis crois moi à moi même ? Ok je me crois. Qu'est-ce que tu veux au juste ? - Croire ma raison. Pourquoi ? - Parce que dans le fond je sais comment m'en sortir. Et je sais que c'est possible. Rassemble ta volonté. Les autres mots tu les connais aussi. Ceux qu'ils faut que tu suives. Ils sont aussi à l'intérieur de moi c'est vrai. Mais enfin c'est tellement plus simple à sortir si il ne s'agissait pas de moi. Je sais que j'ai pris une bonne décision en prenant la décision d'arrêter de me couper. Je sais que je me serais enfoncée jusqu'à ne plus voir le chemin de sortie. Je sais que j'ai bien fait d'en parler. Bien fait d'appeler à l'aide. Bien fait de m'être fait confiance jusque là. Je sais que même si ce n'est pas la première fois que je prends la décision que cette fois ci je peux y arriver. Et que les fois où j'ai craquer n’effaceront pas les efforts que j'ai rassembler pour résister. Je sais que c'est difficile que j'aurais des moments où ça ira mal et que je ne serais pas belle à voir, mais ces moments n’effaceront pas le fait que j'ai résisté et que je résisterais encore. Je sais que quand je me coupais je ne savais pas où ça me mènerait, par contre je sais que de prendre la décision de me battre m'élèvera. Je sais que vouloir c'est déjà pouvoir. Je sais que je veux que le bien soit vainqueur dans ce monde, aussi qu'il faut que je commence par faire vaincre le bien à l'intérieur de moi. Chaque jour doit être perçue comme une victoire. Je sais qu'il ne faut pas que j'écoute ceux qui essayeront de me blesser, ceux qui me blessent. Qu'il faut que je sois forte, que j'ose me faire confiance. Je sais que beaucoup de chose dépendent de ma tête et de ma volonté, qu'à force de vouloir y arriver j'y arriverais. Je sais que la décision de vivre est la meilleure chose qu'il soit. Je sais que je ne vaux pas moins qu'une autre. Que je mérite de vivre et d'être heureuse. Je sais qu'il faut que je m'accepte telle que je suis. Je sais que ce n'était pas gagné mais que j'ai réussi à accepter certaines parties de moi alors je peux en accepter davantage. Je sais que les miracles existent. Que la foi peut me donner des ailes. Je sais aussi que la vie ne me laisse pas tomber, parce que des lumières parsème mon chemin. Il y a des gens merveilleux, mes amis, que ça fasse 6 ans et demi ou quelques mois qu'on se connaît et qui me font terriblement croire en moi pour mériter leur amitié mais surtout ils me font croire en l'humanité. Je sais que les moments de bonheur que j'ai vécu sont pas éphémère, qu'ils faut qu'ils continuent à être du bonheur dans mon cœur. Je sais que des gens s'en sorte pourquoi pas moi ? Je sais que j'ai fait aussi de belle choses. Dont je dois être fière et me rappeler. Et si je pose tout ces mots, c'est pour ne pas oublier que je les ai pensé et que je veux qu'ils soient davantage présent. Pour finir je sais que la chose la plus difficile c'est non seulement apprendre à aimer la vie mais apprendre à m'aimer. Ça n'ira pas l'un sans l'autre. Y a une dernière chose que je sais... ces mots là, plein d'espoir c'est bien moi, et cette fille là je l'aime.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Décembre 2014 à 20:57

    Oui, toujours se battre. Vivre avec le passé est dur, mais il n'est pas  impossible de continué d'avancer. Se battre, aimer la vie, telle qu'elle est et apprendre a ne pas se haïr. C'est dur parfois, on a l'impression qu'on va replonger. Mais bon Toujours se battre. Courage.

    Ton texte est beau, il m'a beaucoup émue.

    2
    Mercredi 10 Décembre 2014 à 15:01

    Je prends un peu de mon temps pour enfin te commenter ^^.


    Texte très touchant ; tu nous emmènes dans tes abîmes, ce plaisir presque diabolique de ce soulagement à la vue de ton sang qui coule. Le temps d'une lecture, on peut se mettre à ta place et ressentir ce désir mêlé de désarroi ; cette sensation de bien-être qui fait du mal. Tout est antithèse. Et puis après cet espoir naissant, qui monte crescendo.


    Je suis sûre que tu sortiras de cette spirale infernale, ta lutte est en bonne voie. Même si tu as des bas, dis-toi que ce serait vraiment con de s'arrêter en si bon chemin ; tes efforts doivent finir par payer. Saper un tel travail serait pure folie. Courage ;)

    3
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 20:11

    Amandine > Merci de m'avoir lue! Ravie qu'il est pu te toucher ;)

    4
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 20:12

    littleshadow > Merciiii :) Oui je m'en rends compte.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :