• Automutilation

    J'écris, 

     Automutilation

     Parce qu'on juges ceux qui font ça 

    Parce qu'on ne comprend pas 

    Que l’autodestruction rime dans nos têtes avec aberration 

    Que ceux qui font ça on croit que ce sont des cas 

    Que ça n'arrivent qu'à ceux là 

    Et parce que j'aurais bien aimé être sensibilisé 

    Que cette première coupure on m'empêche de la tracer 

    Parce que j'ai besoin de m'exprimer, et de témoigner 

     

    J'espère convaincre de ne jamais essayer ! 

               

     


      

    Concours de circonstances 

    J'avais dix ans lors de ma première coupure... 

    Pas de mal-être, simple insouciance 

    Et aujourd'hui en sortir n'est pas une sinécure 

     

    Était-ce celle là, la fois de trop ? 

    Le souvenir de cette première expérience, 

    Qui à douze ans au réveil de mes maux, 

    M'a fait recommencer, m'infliger cette souffrance... 

     

    Depuis longtemps je me sentais différente 

    Mais aucune envie de me conformer 

    Pour moi, être soi, ce n'était pas être décalé 

    Et puis on me l'a fait ressentir, la colère m'a prit 

    Je me sentais devenir violente 

    Le collège... loin d'être une période bénie... 

     

    Aux autres, j'ai eu peur de faire du mal 

    Alors la violence je l'ai retourné 

    Cette option me semblait plus normale 

    Pas de coupure, juste des morsures, je me mordais les poignets... 

    Ca me calmais, le processus était alors en marche 

    Pour moi, il n'y avait aucune gravité 

    Je ne voyais pas ce comportement comme une attache 

     

    On croit toujours qu'on peut se contrôler 

    J'ai finis par ressentir le besoin de me faire souffrir... 

    J'ai flippé, j'ai réfléchis, et me suis promis d'arrêter, 

    Toute tentative de m'autodétruire 

    Pas si simple, mais j'ai réussi, j'ai résisté 

     

    J'ai finis par m'accepter, me sentir normale, solide 

    Il me semblait que j'avais vécu des épreuves, maintenant c'était okay 

    Que dans mon adolescence, je n'allais pas vivre bien plus sordides 

    Mes parents m'ont énormément soutenue, ils ont été mes alliées 

    J'avais un soutien familiale et enfin un équilibre amical 

    J'allais bien et il n'y avait aucune raison pour que ça tourne mal 

     

    En fait, j'avais peu vécu, j'ai été rattrapé 

    De profondes angoisses ont fait surface 

    Mon équilibre familiale a commencé à se fragiliser 

    Petit à petit je ne me sentais plus à ma place 

    Mais dans le même temps je commençais à me livrer 

    Mais plus à mes parents, c'était de l'histoire dépassée... 

     

    Ainsi depuis mes quinze ans environ est apparut la déprime 

    Débordements, combats, non-dits, chaos intérieur 

    Pour la première fois, la vie je ne savais plus à quoi ça rime 

    Des questions se bousculaient souvent heurtaient mon cœur 

    Besoin de m'exprimer, de faire sortir la colère 

    Mais j'ai tout enfermé, un vrai calvaire dans cette période charnière... 

     

    Des minis coupures, ici et là de temps en temps, 

    M'amenait un soulagement sur le moment 

    Une de plus une de moins, pour ce que ça changeait... 

    Je ne doutais pas de mon pouvoir de me contrôler 

     

    Lente immersion dans l'automutilation... 

    Ca laisse aussi des marques au plus profond de soi 

    Sans prévenir ça devient une putain d'addiction 

    Mais difficile de cerner tout ça... 

     

    Véritable transfert de douleur, échappement à la réalité 

    Précieux instants, où je m'arrête de penser 

     Je faisais en sorte que ça ne saigne pas 

     

    J'avais des traces mais ça restait délicat  

     

    Parfois, j'avais besoin de me couper parce que je me hais 

    Parce que je ne voyais que mes faiblesses 

    Ça  justifiait presque ce besoin que je me blesse  

    Et je plongeais dans une immense culpabilité 

    Peut-être suis-je vraiment une merde, une moins que rien ?  

    Je me demandais si ça ne mériterais pas de se recouper ? 

    Boucle incessante, cruauté aberrante 

    Mais tout ça restait léger, je n'étais pas dépendante... 

     

    Certains pensent que certains font ça pour se faire remarquer 

    Peut-être que oui dans certains cas, c'est vrai 

    Mais quoi qu'il en soit ça montre bien que c'est grave non ? 

    Jusqu’à preuve du contraire c'est pas pour le fun, y a des raisons 

    J'ai toujours fait en sorte que ça ne se voit pas 

    J'avais honte mais je me disais personne ne comprendras 

    La vérité c'est qu'au fond, parfois j'aurais voulu qu'on me remarque 

    Que ça suscite des réactions, pourquoi pas qu'on me foute des claques 

    Les mots m'ont manqué trop souvent, cette douleur je ne savais l'exprimer 

    Mais fallait que ça sorte et j'avais besoin de me sentir exister 

     

     Mon état émotionnel ne s'arrangeait pas et ne s'arrange toujours pas 

    J'aurais aimé qu'on croit vraiment en moi que j'étais capable d'arrêter 

    Que moi la première, je me motive, que de moi j'arrête de douter 

    Malgré mes promesses, mes objectifs j'ai maintes fois recommencé 

     

    Je me rends compte que c'est une addiction, 

    Quand c'est la vue de l'arme qui me fait basculer 

    Quand je ne vois pour me calmer que cette option 

    Quand je panique pendant des heures, jusqu'à cesser de résister 

    Quand les coupures deviennent une délivrance 

    Quand je vis mal ces absences 

    Quand je suis capable de chercher dans toute ma maison 

    N'importe quoi pour faire cesser ces sortes de pulsions 

    Quand je ferme les yeux, et que je vois le sang couler 

    Que c'est la seule image, que ma tête veut bien me donner 

    Quand j'en ai envie même en allant bien 

    Alors que je sais pertinemment que ça ne rime à rien 

     

    C'est devenu de plus en plus glauque 

    Est-ce que pour arrêter j'attend un choc ? 

    Quelque part, j'aime mon échappatoire 

    Pas facile de mettre un terme à cette histoire... 

    Me dire que je ne ressentirais plus jamais ça  

    Le moment où ça coupe qui m'électrise 

    La pression, le sang qui coule, la libération 

    Ca fait du bien quoi qu'on en dise 

    Je sais qu'il faut que je remette tout ça en question, 

    Une bonne fois pour toute 

    Mais je suis assaillie par le doute 

    J'ai peur de croire en moi 

    Peur de me décevoir encore une fois 

    Alors pour l'instant je me nourrie de petites victoires 

    J'essaye de positiver me ramener de l'espoir 

    J'ai écris ce texte violent qui me plonge dans mes démons 

    Qui m'a mit en face avec la réalité et fait resortir ces pulsions 

    Mais je n'ai pas craquer c'est ma victoire du soir 

    Et peut-être bien plus encore ? Oserais-je y croire ?

     

    13/09/2014


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 27 Janvier 2015 à 23:56

    Je suis enfin arrivé jusqu'au bout !! waw! Déjà je vais me féliciter pour avoir eu le courage de lire un truc aussi long. Mais je vais d'abord te féliciter toi pour avoir écrit un texte pareil qui justement m'a donné le courage de lire jusqu'au bout. Quand je dis "pareil", c'est pas très enrichis comme vocabulaire c'est sûre :') Mais il faut dire que je ne trouve pas vraiment de mot pour qualifier l'inqualifiable, ce texte est super, tout simplement... 

     

     

     

    2
    Mercredi 28 Janvier 2015 à 15:31

    Ah eh bien tant mieux si tu es fier de toi !

    Je dois le prendre comme un honneur que tu m'ai lu ? ^^ Ceci dit je comprends, bien que j'aime lire, je suis rebutée devant les pavés xD.

    En tout cas ça me fait plaisir ! Merci à toi ! ;) 

    (Sache que j'ai complètement arrêté de me couper ! :D)

    3
    Lundi 16 Février 2015 à 14:26

    Ton texte est magnifique, et je sais pas vraiment pourqwa mais j'ai envie de te dire juste : merci! :3

    4
    Lundi 16 Février 2015 à 15:34

    C'est mimi, merci à toi ! :)

    5
    Dimanche 1er Mars 2015 à 15:13

    Ah.. ça me fait mal..

    C'est puissant quand même .... C'est une bonne chose de se nourrir de petites victoires, parce qu'au final, quand tu vois que tu as résisté, t'en as une grande!

    Un texte fort, très courageux. bravo!

    6
    Dimanche 1er Mars 2015 à 18:05

    Oui tu as raison ;)

    Merci de m'avoir lu ^^ :)

    7
    Dimanche 23 Août 2015 à 22:56

    *-*

    Wow... C'est... Touchant.... Et magnifique ! (je sais pas trop quoi dire d'autre.... :/)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :