• Accueil

    Si vous passez par mon blog ça me ferait plaisir que  vous laissiez un commentaire! Que ce soit positif ou négatif d'ailleurs :) Je posterais essentiellement des poèmes et des textes dont des sujets qui me tiennent à cœur. Sinon j'ai 16 17 18 ans et j'écris pour pouvoir m'exprimer, parce que j'aime ça et parce que parfois j'ai plus de facilités à dire ce que je ressens par écrit.

    Bonne lecture!

  • «Manger pour vivre». Parfois c'est la vie qui te bouffe. Parfois c'est la bouffe qui te mange.  Du vide, tu deviens pleine. Parce que t'as cru que la nourriture allait combler tes manques. Mais elle t'alourdis, t'empêchant d'avancer. Un plaisir, un besoin, une obsession, parfois plus rien. Juste un moyen. Pour combler ton cœur. Mais la douleur est là sans être identifiée. Alors la nourriture persiste. Prenant une place toujours plus grande. De crises en crises, le dégoût grandis. Parfois tu vomis. La culpabilité s'installe. La boucle recommence. Sans faim ni fin.


    votre commentaire
  • Ça commence par de petits pas

    Des «  on verra » puis «  pourquoi pas »

    Quand les masques tombent, le cœur parle

    A quel point seront nous vulnérables ?

     

    Peut-être, suis-je trop sensible. Mais j’ai choisi

    Chacun de mes amis. Pour tout ce qui nous unis

    Et nous séparent. Pour leur humanité,

    Celle qui me bouleverse ; pour leur confiance,

    Au-delà de la complicité, des qualités si précieuses

    Pas besoin de se connaître depuis l’enfance

    Pour apprécier leur valeur, ces étoiles lumineuses…

     

    L’amitié nous renouvelle autant qu’elle réveille,

    Nos maux, nos espoirs, nos faiblesses…

    Ces morceaux de soi timidement dévoilés,

    Dans un échange ; je garde l’authenticité

    De chaque instant, ceux qui nous lient...

    Nous rendent plus fort et nous construisent           

     

    Ces mêmes liens, nous déchirent parfois

    Ça commence par une maladresse

    Puis ces mots, ces silences qui transpercent

    Ceux qu’on ne dit pas, ceux qu’on devrait dire

    Finalement, il n y avait pas de loi

    Aucun contrat moral, rien pour nous retenir

    La déception s’immisce, me laisse le cœur avide

    Seule face à ma colère et mes incompréhensions

    J’attends avec douleur que soit posé le dernier pion

    Jamais je n’aurais pensé la chute aussi rapide

    La dernière pierre a été jetée.  Une amitié sincère si vite enterrée.


    votre commentaire
  • Ces ricanements incessants résonnent dans mon esprit

    Les minutes défilent, leurs déferlantes de conneries aussi

    Gard à celui qui ne saurait rire... "tu connais le second degré ?

    Si t’agis pas par mimétisme tu ne seras jamais intégré

     

    Ne fais pas cette tête d’enterrement, entre dans le mouvement

    C’est ta dernière chance d’entrer en scène, allez, critique les absents

    Ce n’est pas méchant, juste un simple jeu pour faire passer le temps

    Allez, écrase les, ais de l’ambition, tu ne vaux pas mieux pour l’instant"

     

    Que faire ?  Ma présence est insignifiante, le fossé trop important

    Est-ce que je cautionne si je reste juste là discrètement ?

    Et si je dénonce et que personne ne me suis ? J’ai lâchement peur

    J’ai préféré me taire plutôt que déplaire comme si j’étais des leurs

    Alors que j’aurais pu m’affirmer en défendant mes valeurs

     Mais je suis resté là. Silencieuse. Mais qui suis-je donc pour rester là ?


    1 commentaire
  • Je reconnais que je me suis laissée emportée par ma vie

    Qui me laissait enfin la liberté d’être sans me consumer

    Enfin la possibilité d’avancer sans me sentir enchaînée

    Malgré les épreuves qui jalonnent tout chemin… je me suis sentie plus forte

    J’ai fini par oublier la fragilité et la beauté qui subsiste en tout vivant

    Jusqu’à ce que mon « ancienne moi » pousse la porte

    De mon cœur sur lequel j’avais mis un voile

    Pour aider sans ne plus rien ressentir, le chemin qui m'est tracé

     

    Je reconnais cette sensibilité, celle qui aime avant même de penser

    A ce qui est bien ou mal, de l’ordre de la folie ou du raisonnable

    Celle qui laisse le passé de côté et qui croit en ce qu’elle ressent

    Parce  que c’est le plus important, rendre hommage à l’existence

    Je crois qu’un seul échange peut redonner du sens à toute une vie

    Qu’un seul acte peut réduire au néant ne laissant que la souffrance

    Celle sans qui je ne serais pas celle que je suis

     

    Je reconnais cette souffrance, celle qui m’a forgée

    Me donnant la rage de vaincre et de briller

    Parmi les étoiles qui représentaient tant d’espoir

    Il s’est fait de plus en plus rare à ne plus rien vouloir

    Que de ne plus me réveiller, Elle aurait pu m’emporter

    Mais je suis là

    Malgré toutes les lignes décousues que j'écris

    Vous êtes là aussi

     

    Je suis reconnaissante à la vie de vous connaître et pourtant je ne vous dirais jamais assez que je vous aime...

     


    votre commentaire
  • C'est facile d'fermer les yeux

    D'arriver après la bataille

    Et aujourd'hui de faire semblant

    D'faire au mieux pour que ça aille

    Ouvrez grand vos oreilles :

    Vous avez ratez le réveil !

    Sachez que j'men suis sortie seule

    Que je passe outre votre orgueil

    Aujourd’hui je ne suis plus la même

    J'ai dépassé les problèmes

    Je piétine les souvenirs

    J'ai pas envie de ressasser

    Je ne veux plus souffrir

    Et vous, vous voulez tout ouvrir

    A quoi bon le mal est fait

    Si vous vouliez m'aider

    Vous aviez qu'à être à mes côtés

    Y a plus rien à entreprendre

    Qu'on me foute la paix

    Y a rien à comprendre

    Maintenant c'est du passé

    J'men fou d'vos consciences

    Réglez votre culpabilité en silence

    Je réprouve profondément votre pitié

    Réserver là pour vous,

    Qui n'avez rien fait...

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique